Au fil du temps…           As time goes by…       COL PASSERE DEL TEMPO…

 

 

2019

 

      13 septembre - Remise de la Médaille Jeunesse, sports et Engagement associatif au Président Alain RICHARD

 

Entouré d’une centaine de personnes, parmi lesquelles des adhérents des comités de jumelage de Bourne End (Royaume Uni) et d’Octeville sur Mer, Jean Louis ROUSSELIN, Maire et Christian DELARUELLE, Président de France-Bénévolat Le Havre, ont conjointement remis le diplôme et la médaille Jeunesse, Sports et Engagement associatif, catégorie bronze, à Alain RICHARD. Cette médaille consacre 33 années de bénévolat dont 17 en tant que président du comité de jumelage d’Octeville sur Mer (CJO). 

Le maire, dans son discours, a rappelé le parcours associatif de celui qui est également son 1er adjoint : « d’abord tu t'investis 16 années dans une association de copropriétaires dont 15 en tant que président. En 2002 tu fondes le CJO. Aujourd’hui, cette association rassemble une centaine de familles octevillaises, soit entre 200 et 250 personnes. Tu mets en place 2 jumelages : le premier avec Bourne End en Angleterre en 2003 et le deuxième avec Furci Siculo en Sicile en 2010. Ca marche bien, il y a 2 échanges tous les ans : en août dernier, une délégation octevillaise est allée 8 jours en Sicile et aujourd’hui, Octeville a le plaisir d’accueillir une délégation de 30 Anglais de Bourne End pendant 5 jours. Le CJO propose aussi des cours d’anglais, d’italien et d’espagnol, des voyages comme l’Australie en 2018 ou l’Egypte en mai 2020. Il y a aussi des grandes manifestations dansantes comme la St Sylvestre, la Nuit du jumelage, les Thés dansants, etc… J’ai beaucoup de plaisir, Alain, à t’honorer par ce diplôme et cette médaille... ». 

 

De gauche à droite : Véronique LEMOINE, Janine MIELLE, Jean François & Marie France BEAUVAIS,

Marie Claude CRESSENT du conseil d'administration du CJO

Alain & Eliane RICHARD, Jean Louis ROUSSELIN, Wilma JOHNSTON, Christian DELARUELLE

 

Le récipiendaire a ensuite vivement remercié tous ses amis présents : « Tout a passé si vite. Je remercie très fort Eliane, mon épouse, qui m'a toujours soutenu. Je remercie vivement les nombreux bénévoles qui travaillent avec moi pour le CJO, sans eux, c'est simple, notre association n'existerait pas ! Je remercie chaleureusement Wilma, chairman du BEBTA et nos amis anglais pour leur présence avec moi ce soir. Je remercie également les nombreux adhérents et amis du jumelage présents. J’encourage vivement toutes les personnes de bonne volonté à s’engager dans la vie associative. La France est un beau pays, elle a un tissu associatif très riche. J’avais quelques compétences, je les ai mises à disposition d’associations auxquelles je crois et pour des causes que je partage volontiers ! ».

 

 

      12 septembre - La presse parle du CJO

 

La Presse normande - Le Havre parle du CJO

 

 

      12-16 septembre - Rencontres de jumelage à Octeville sur Mer avec les Anglais

 

Accueil des Bourne Enders le 12 septembre

 

It was a wonderful and interesting 4 days stay in Octeville for our from Bourne End friends 10th twinning visit… But time went by so quickly!

 

Spectacle de danses folkloriques grecques

 

A great moment was the folk dances from Greece, a presentation of the volunteer medal and the shared dinner with 99 English and French on evening 2.

An other great moment was the celebration of the 75th Anniversary of the Liberation of Octeville on day 3 : our English friends were associated. Wilma, the BEBTA chairwoman officially put a poppies crown with us among other flowers wreathes at the War Memorial.

 

 Grande family party avec 99 Anglais et Français ensemble

 

An other great moment was day 4 with the visit of the Bénédictine Museum with an appreciated liquor tasting in Fécamp, a scrumptious lunch in the Fécamp Casino restaurant and a visit of the Fishing Museum, still in Fécamp…

 

Anglais et Français ensemble, pour visiter le Palais de la Bénédictine à Fécamp

 

 

C'est déjà le départ !

 

 

The English went away at 10 o’clock and left us behind…

 

All was really fantastic…

 

 

      20-27 août - Rencontres de jumelage à Furci Siculo

 

Jour 1

 

Après un après-midi à la plage pour certains, histoire de se remettre de nos fatigues du voyage, la journée se terminera par un dîner dansant au restaurant « San Leonardo » de Roccalumera sur le flan de la montagne qui surplombe le détroit de Messine. La nuit, avec les lumières des villages de la côte calabraise en face, c’est tout simplement magnifique... Après le repas typiquement sicilien, place à la musique pour des danses sur de la musique pop...

La plage de graviers de Furci - Au loin le Capo de San Alessio

 

Jour 2

 

D’abord la granite chez Mimo... c’est le petit déjeuner habituel des Siciliens qui consiste en un grand verre de glace pilée accompagnée de fraises ou de citron (délicieux) coiffé de crème et d’un morceaux de brioche et Mimo, c’est le célèbre bar glacier de la grand rue de Furci. Ensuite un petit tour au grand marché à Santa Teresa, on y trouve des robes de plage à 3.50€... Après midi à la plage pour celles et ceux qui veulent se rafraîchir car il fait 32°C...

 

Le soir, grand concert sur la place de l’église avec un band composé essentiellement de saxophones. La trentaine de musiciens nous interprétera, entre autre, une dynamique Marseillaise pour le plaisir des Français et des nombreux Furcesi présents. Nous entendrons également une version personnalisée et originale de Fratelli de Italia, l’hymne national italien..

Concerto su la piazza della chiesa

 

Jour 3

Cefalù la magnifica

 

Au pied de son rocher-falaise calcaire et dans l’anse de la baie s’étale la cité grecque écrasée de soleil de Cefalù. Mon dieu qu’il y fait chaud ! Les petites ruelles convergent vers la cathédrale bâtie en 1131 par les Normands. Style roman comme on faisait à l’époque. La construction est imposante et robuste : c’est fait pour durer. Le groupe s’interroge : comment faisaient ils pour monter des pierres, certaines faisant plusieurs centaines de kilos... Au détour d’une petite ruelle, un escalier qui descend dans l’obscurité. C’est à peine si on aperçoit de l’eau qui coule et qui traverse comme des petits bassins, des bacs en pierre : le lavoir. Impossible de résister à l’envie de plonger les pieds pour se rafraîchir. Ce point d’eau est connu depuis l’Antiquité et permettait de desservir les habitants. Un petit fleuve côtier descendant des montagnes environnantes, alimenté toute l’année, est tout simplement détourné juste avant de se jeter dans la mer Tyrrhénienne...

Cefalù - la cathédrale normande

 

Direction Trapani-Alcamo, on fait une pose à Segaste et son site archéologique grec fort bien conservé... D’abord le théâtre grec à l’acoustique remarquable et dans un site perché on se demande pourquoi. La forme du terrain était probablement idéale pour y bâtir un théâtre en arc de cercle. Le temple d’Athena se tient fièrement de l’autre côté du site : il ne lui manque que la couverture et le mobilier. Le théâtre et le temple ont été construits vers 650 avant notre ère. 3 siècles plus tard, les Grecs cédaient la place aux Romains qui les ont embellis... Au loin, on se demande si on ne rêve pas... On peut entendre de la harpe, plus tard accompagnée d’un violon et de la voix cristalline de la harpiste. Tout simplement sublime et magique dans un lieu tellement chargé d’Histoire...

 

Étape à Balestrate dans un hôtel très classe au bord de la Mer Tyrrhénienne... Le groupe se retrouve pour un excellent dîner au cours duquel il applaudira chaudement la présidente du comité de jumelage de Furci Siculo et son équipe pour cette très belle journée...

 

La baie de Ballestrate

 

Jour 4

Après une balade pédestre dans Balestrate pour se dégourdir les jambes, on part directement pour Salemi. Cette ville de l’ouest de la Sicile n’est pas au bord de la mer. Elle est célèbre pour plusieurs raisons : un jour de 1968, un terrible tremblement de terre a ravagé la ville, 85% de maisons et bâtiments sont détruits. La cité sera reconstruite 20 kilomètres plus loin. En 1860, Garibaldi, le célèbre homme politique italien, né à Nice alors italienne, s’y réunit avec des partisans de l’Italie libre et réunifiée. Il proclame la nouvelle république italienne non sans mal. Enfin, Salemi abrite un remarquable et étonnant musée de la mafia. Tout nous a été expliqué : les buts de Cosa nostra, ses méthodes, les secrets, les résultats : un immeuble de Palerme, 35 étages, le plus haut de Sicile, a été érigé sans autorisation, sans permis de construire. La distribution de l’eau, la production d’électricité par un réseau d’éoliennes seraient aujourd’hui encore gérés de manière occulte. La mafia sicilienne s’est exportée aux USA et plus récemment déplacée au nord de l’Italie et dans le sud de la France. Les innombrables meurtres et assassinats avaient pour but de faire régner une terreur absolue : « fais ce qu’on te dit, passe à la caisse quand on te le dit et tais-toi sinon tu auras des ennuis ! ».  Plusieurs murs du musée de la mafia de Salemi étaient tapissés de photos d’hommes et de femmes abattus au volant de leur voiture, sortant tranquillement de chez eux ou lisant le journal à  la terrasse d’un café. On entend désespérément le témoignage d’un mari qui est venu conduire sa femme à l’hôpital pour une opération vitale, que 24 heures après, il l’a retrouvée se tordant de douleurs abandonnée dans un couloir. Il supplie les personnes en blouse blanche qu’il rencontre, l’une lui dira qu’il y a un manque de personnel, un autre qu’un des appareils du bloc opératoire est en panne... La femme est morte quelques instants plus tard... Quelle terrible époque !

 

Mazzaro del Valo, son port et sa cathédrale baroque nous accueille. Un grand mariage y est célébré. Je n’ai jamais vu un plafond aussi chargé... Plus loin, le « museo del satiro » nous accueille. Dans les années 1990, un pêcheur remonte successivement une jambe gauche puis un corps auquel il manque la jambe droite. L’ensemble se trouvait à une profondeur de 480 m. Les médias internationaux se sont emparés de l’affaire qui a passionné l’opinion publique pendant plusieurs semaines. Dans les jours suivants, Le pêcheur a continué de draguer les fonds marins aux environs. Suspense ! Mais à part des amphores grecques contenant encore de l’huile d’olive ou du vin pour celles qui n’étaient pas cassées, rien de significatif n’a été retrouvé. Qui était cet homme ? Pourquoi avait il perdu ses deux jambes ? Pourquoi une seule a été retrouvée ? Mystère, mystère ! Je constate, ami lecteur, amie lectrice, que vous êtes très intrigué(e)... Et il y a de quoi ! Que s’est il donc passé ? Il s’agit tout simplement d’une statue grecque en bronze représentant un satyr de la mythologie grecque qui s’est retrouvée au fond de la mer Méditerranée dans le « canale della Sicilia », au large de la Tunisie....

 

Jour 5

Quelques-uns se retrouvent à la plage de Furci à 10h30. La mer est à 28°C, l'air aussi. Le soleil est là ! Leau est transparente.  Quand le vent souffle, il est chaud. La plage est constituée de gros graviers, pas toujours facile de se relever, n'est-ce pas, Jean Paul ? Le rivage descend rapidement, à 20 m, on na déjà plus pied. Nombreux sont les Furcesi qui viennent le matin de bonne heure et le soir après 17 heures.

 

En fin d'après-midi, un car nous emmène à Catane pour une visite guidée de la ville (à pied) et pour assister à un "spettacolo dei pupi". Nous entrons dans un musée familial (5 générations), en même temps théâtre, où on nous explique la construction à la main, pièce par pièce, des pupi. Un pupo (des pupi) peut peser jusquà 32 kg : cest une marionnette dun genre un peu particulier. Lextrémité des mains est reliée à une longue tige quun artiste manie depuis la loge installée au-dessus pour donner vie au pupo. L'artiste est visible du public. Cest le contraire de Guignol dont les marionnettes sont animées par en dessous, lartiste utilisant soit directement les doigts de sa main qui correspondent à la tête et aux bras de la poupée animée, soit des tiges. Dans ce cas, lartiste est invisible du public. Enfin, il y a la marionnette qui est reliée à lartiste par des ficelles très fines, l'artiste étant placé au-dessus de la marionnette. On assiste aussi à la fabrication d'éléments d'armures en métal avec des outils spécialisés vieux de 50 ans et plus. A la suite des explications, le groupe assiste à un spectacle racontant une chanson de Roland (poème épique français des Chansons de Geste du 11ème siècle). Les acteurs sont chaleureusement applaudis. Le soir, à la fraîche, promenade dans le Catane historique (350.000 habitants) et dîner dans une pizzeria.

 

Balade de nuit dans le Catania storica

 

Jour 6

Le soir, grand dîner gala à San Leonardo (Roccalumera). Devant nous, le détroit de Messine (3 km au plus étroit) et les lumières de la côte italienne continentale. Le repas est typiquement sicilien avec des fruits de mer. Pour les danses, nous apprenons à nos amis siciliens les pas du « Madison ».

 

Jour 7

Le matin, certains sont allés faire un tour à Savoca. Là haut, le cadre montagneux est magnifique. C'est ici que plusieurs scènes du film "Le parrain" avec Marlon Brando ont été tournées. Giovanni en garde un souvenir profondément nostalgique car il a été figurant dans plusieurs séquences. Il nous est expliqué que Furci a longtemps été le port de pêche de Savoca.

Savoca

 

C'est en 1919 que Furci a acquis son indépendance administrative et Furci célébrait en fanfare ce centenaire juste avant notre arrivée. En fin daprès midi, nous étions invités à une intéressante conférence-débat animée par Salvatore RIOLO, professeur à luniversité de Catane, spécialement venu nous expliquer la grand influence de la langue française sur le dialecte sicilien : la dernière consonne qui a disparu par rapport à la dernière syllabe quand ce n'est pas les deux... Vous vous rappelez ? C'est comme ça depuis la présence des Normands (11 et 12ème siècle). Puis, c'est la visite du Museo del mare avec les explications de Guiseppe, vous savez, le papa de Cristina (6 ans) et de Martha (3 ans) dont je vous ai tant parlées l'année dernière lorsqu'elles sont venues à Octeville. Guiseppe nous explique les différents types de pêche pratiquées en mer Ionienne, le rôle des bateaux, les types de filets et d'hameçons, les sortes de poissons pêchés. 

 

 

      7-14 juin - Sicilia 2019

 

Le but de cette escapade dans l’ouest de la Sicile est de découvrir cette région quasiment inaccessible dans le cadre de nos rencontres officielles de jumelage lorsqu’on se trouve à Furci Siculo, la ville jumelle, qui est de l’autre côté, sur la côte est…

 

Une partie du groupe pose pour l'éternité

 

Chacun avait son idée de visite : Jean Philippe, Gérard... ont loué une voiture pour découvrir les environs. Ils sont allés jusqu’à Trapani, à la pointe ouest et ont découvert une admirable ville médiévale, avec des ruelles pavées très étroites, comportant de nombreux vestiges normands. Ils ont également pris la route de Agrigento et visité les immenses temples grecs plutôt bien conservés. Ils ont renoncé à se rendre à Syracuse parce que cette ville est malheureusement trop loin (600 km AR).

 

Michel, Véronique… sont allés passer l’après midi à Capo Bianco, une vaste plage avec un étonnant cap et une falaise très blanche. L’érosion a sculpté cet éperon rocheux d’une bien curieuse manière en faisant apparaître des strates inclinées très régulières. Sur l’une d’entre elle, très large mais en pente assez prononcée, curieusement, on peut marcher. Attention à la réverbération très intense pour celles et ceux qui n’avaient pas de lunettes de soleil, tellement c’est blanc ! Attention aussi car c’est parfois glissant et Colette et Martine sont tombées dans l’eau, heureusement sans gravité. Cette curiosité de la nature provient de la composition particulière de la roche contenant 80% de calcaire et 20% de sable : ceci explique cela… C'est unique au monde !

 

 

Capo Bianco

Annick, Catherine… sont allées en excursion à l’Etna et ont pu grimper en 4x4 jusqu’à 2800 m d’altitude, dans un paysage désolé et dantesque parmi les nombreuses coulées de lave grise et noire. Ce volcan, très actif, est le plus haut d’Europe (3333 m). Alain, Eliane… sont allés passer une journée en mer pour visiter 2 iles remarquables situées à la pointe ouest de la Sicile, je veux parler des iles Favignana et Levanzo. Cette dernière est très jolie, avec son village-port-plage sorti tout droit du moyen âge et pas encore envahi par les touristes. Evelyne, Marie Claire… sont allées visiter Palerme, la capitale administrative de la Sicile. Elles ont été éblouies par la Chapelle Palatine, le Palais des Normands, aujourd’hui Parlement de la Région Sicile, les cathédrales de Palerme et de Monreale, construites par les Normands (voir les CJO Newsletters 100 et 101).

 

      29 mars - 17ème assemblée générale

 

 

      24 février - 9ème Après midi dansant du CJO (ex Thé dansant de l'automne)

 

Chaude ambiance ce dimanche 24 février pour le 9ème Après midi dansant du CJO... Ce concept remonte à 2009 maintenant, sur une idée de Marie Claude CRESSENT laquelle, du coup, s'est retrouvée responsable de l'organisation de cette manifestation fort appréciée des Octevillais et des habitants de la Pointe de Caux. Animée par les musiciens de l'orchestre " Intermède ", toujours fidèles au poste, les danseurs étaient nombreux sur la piste. En fait, ils étaient moins nombreux que d'habitude, tout simplement à cause du... soleil !!! Incroyable, il a fait 16°C cet après midi là, le soleil était radieux, le ciel tout bleu avec un léger vent du sud qui nous ramenait de l'air chaud du Sahara. Incroyable aussi, dans nos villes jumelles, le thermomètre affichait des températures paradoxales et étonnantes : Bourne End (Angleterre) avait 18°C tandis que Furci Siculo (Sicile) n'avait que 12°C !!

 

 

Les nombreux gâteaux faits maison, la spécialité du CJO fort appréciée des danseurs, ont eu beaucoup de succès, comme d'habitude... Et pour cause, ils sont faits par les nombreux volontaires du CJO. Un grand merci à eux ! Un super merci aussi aux bénévoles qui sont venus préparer la salle avant et qui l'ont remise en état après. La déco avec des ballons jaunes et bleus et les nappes et chemins de table de mêmes couleurs apportaient un petit air frais et jeune : on se serait presque cru au printemps... C'était très agréable pour les yeux !

 

On a fait le tour : les gâteaux pour notre palais, la musique pour nos oreilles, la décoration pour nos yeux et une magnifique salle prêtée par la municipalité avec un large espace pour la danse... Vous étiez bien au 9ème Après midi dansant du CJO !!

 

      9 février - 15ème Nuit du jumelage 

La presse normande Le Havre en a parlé le samedi 9 mars 2019

A côté de la superbe Tour Eiffel construite en carton par Nathalie et Natacha

se trouvent Renée TOSELLO et Jean Pierre MARIE

les vénévoles du CJO en charge de la Nuit du jumelage

 

Joyeuse ambiance à la salle Michel Adam ce 9 février pour la 15ème édition de la maintenant célèbre Nuit du jumelage… C’est vrai que la belle équipe du CJO avait encore fait fort cette année pour :

-          La décoration avec le concours de Nathalie et de Natacha qui avaient construit une Tour Eiffel au 1/125ème et une station de métro « St Lazare ». On s’y serait cru, dis-donc !

-          La transformation de la salle, la préparation des tables par les bénévoles et volontaires du CJO

-          La belle musique avec l’orchestre Martial Lahaze, les musiciens, sa chanteuse et le concours de Mlle Chante

-          Le bon dîner préparé par Cuisine et services

Jean François           Renée           Claudine           Marie Claire

Véronique          Marie France

 

Un grand merci aux nombreux danseurs qui sont venus, pour la plupart costumés. Comme d’habitude, ils ont montré à Octeville qu’ils savaient bien danser le Madison mais pas seulement : slow, tango, paso doble, jerk, twist, salsa, rock, etc… étaient également au programme pour le plaisir de tous.

 

Un grand merci à la Municipalité pour le prêt de la salle. Bientôt, en 2022 si tout va bien, la 18ème Nuit du jumelage se tiendra dans une nouvelle salle culturelle plus pratique et plus agréable…

 

Une fois encore, c’était une très belle fête ! A l'année prochaine !

 

 

 

       7 janvier - Remise du panier magique 

 

 

Au cours d'une sympathique réception, le maintenant célèbre panier magique du CJO a été remis à la gagnante Mlle Amandine BLONDEL par Marie Claude CRESSENT et Alain RICHARD, président. Marie Claude s'est maintenant spécialisée dans la réalisation de beaux paniers magiques. C'est d'ailleurs elle qui en a eu l'idée il y a maintenant près de 10 ans...

 

Amandine était passée nous voir au chalet du jumelage pendant la Marché de Noël d'Octeville sur Mer le dimanche 16 décembre. Elle a bien fait de venir avec nous pour jouer à deviner le poids du panier. Après avoir longuement soupesé l'objet rempli de bonnes choses à manger et à boire, elle a proposé le poids de 4600 grammes. Or, le panier pesait très précisément 4620 grammes... A 20 grammes près...

 

 

Le Courrier cauchois du vendredi 11 janvier 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

     

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

2019

     

 

accueil

 

 

 

 

Comité de Jumelage – Mairie – Place du Général de Gaulle – 76930  OCTEVILLE SUR MER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

visiteurs

 

 

 pages visitées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-